Bordeaux & Duras
Château Faurie

En divisant en départements l'antique Aquitaine, celle du poète Ausone et d'Aliénor, l'Empire fit passer au milieu de nos vignes la frontière de la Gironde et du Lot-et-Garonne. Se trouvait ainsi réglée, à postériori, la querelle qui, du XVIe siècle à la Révolution, opposa l'Abbaye bénédictine de Saint-Ferme au duché de Duras.
Querelle politique mais aussi rivalité de vignerons qui, d'un versant à l'autre du même coteau (Dieulivol) étant à Saint-Ferme, depuis le XIe siècle, et Sainte Colombe à Duras) jetait les seigneurs, abbés et les ducs dans mille interminables chicanes. C'est sur ces coteaux, aujourd'hui encore, que naissent de cépages nobles les vins que nous vous offrons:
à l'ouest, en Gironde, le Bordeaux rouge des moines,
À l'est, en Lot-et-Garonne, les Côtes de Duras, rouge et blanc, des ducs.

Le blanc sauvignonné des Côtes de Duras, issu des cépages de l'Entre-Deux-Mers, sera le fin complice de la truite, du brochet, de l'alose, des poissons et fruits de mer.
Aquarelle du Château.
Côtes de Duras rouge et Bordeaux sont, eux, des jumeaux que seul un respect profond de leur identité nous oblige à différencier. Ils seront dans leur jeunesse les dignes compagnons des viandes blanches et de la cochonnaille. Puis en vieillissant ils sauront, dans leur maturité, rehausser de leurs nuances grillades et rôtis, souligner sans l'abattre la saveur d'un cassoulet au confit et, bien sûr, faire chanter les richesses d'un plateau de fromages.

Enfants du même terroir à fleur de roche et d'une tradition qui remonte à la Gaule romaine, élevés dans nos chais avec le soin dû à leur rang, nous espérons que, après celles des abbés de Saint-Ferme et des ducs de Duras, ces vins viendront conquérir votre table.
Le musée.
Home < Retour Sommaire